PRÉVENIR ET MIEUX INTERVENIR

Mis à jour : 17 sept. 2019


LES FUGUES EN CENTRE DE RÉADAPTATION POUR JEUNES EN DIFFICULTÉ D’ADAPTATION : PRÉVENIR ET MIEUX INTERVENIR



PRÉAMBULE

Au Québec, l’attention et la priorité accordées au développement, au bien-être, à la sécurité ainsi qu’à la protection des jeunes sont sans conteste1. Au-delà des valeurs de bienveillance que tous portent intrinsèquement, l’articulation des mesures cliniques, législatives, administratives et même éthiques encadrant cette volonté populationnelle est hautement prise en compte par les décideurs.


Si le nombre d’adolescents hébergés dans un centre de réadaptation2 pour jeunes en difficulté d’adaptation relevant des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et des centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS)3 ne représente pas un volume considérable et, de surcroît, que ces adolescents ne sont pas tous des fugueurs, le sérieux accordé au phénomène de la fugue dépassent les statistiques. Il témoigne de la préoccupation qu’a le Québec pour les jeunes présentant des comportements risquant de compromettre leur sécurité et leur développement.

Le phénomène des fugues en centre de réadaptation n’est pas nouveau. Mais il demeure pour tous, parents, intervenants, chercheurs ou décideurs, le symptôme d’un malaise, l’expression d’un besoin ou la manifestation d’espoirs mal décodés. Les avancées cliniques, scientifiques et légales ont modulé positivement les pratiques en centre de réadaptation au fil des dernières années. Force est de constater, cependant, qu’au regard de la fugue, l’essor des réseaux sociaux et la comorbidité de problématiques plus sévères et complexes obligent, notamment, une révision de l’offre de service, une mise à niveau des compétences et des connaissances des intervenants ainsi qu’un partenariat solidifié.

Le plan d’action Les fugues en centre de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation : prévenir et mieux intervenir cible d’abord et avant tout les jeunes, leurs parents et le personnel du réseau de la santé et des services sociaux. Toutefois, comme ces jeunes évoluent dans un système dynamique, la collaboration continue avec les organismes communautaires et les partenaires de l’éducation, de la justice ainsi que de la sécurité publique s’impose tout comme la nécessaire contribution des milieux universitaires et scientifiques consacrés à l’avancement des pratiques dans le domaine.

  • CISSS Centre intégré de la santé et des services sociaux

  • CIUSSS Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux

  • CJ Centre jeunesse

  • CJM-IU Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire

  • CJQ-IU Centre jeunesse de Québec – Institut universitaire

  • CSSS Centre de santé et de services sociaux

  • DPJ-DP Direction de la protection de la jeunesse – Directeur provincial

  • INESSS Institut national d’excellence en santé et en services sociaux

  • LPJ Loi sur la protection de la jeunesse

  • LSJPA Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents

  • LSSSS Loi sur les services de santé et les services sociaux

  • MSSS Ministère de la Santé et des Services sociaux

  • PI Plan d’intervention

  • PJ Protection de la jeunesse

  • PSI Plan de services individualisés

  • TNCJF Table nationale de coordination des jeunes et leur famille

Voir le document complet ici


0 vue
ESCOUADE FUGUE_LOGO OFFICIEL.png
En cas de besoins urgents

Pacte de rue (interventions) - 450 370-2420 poste #2

Pacte de rue (fugues fins de semaine) - 450 370-2420 poste #9

Antichambre 12-17 (en semaine 24/24) - 450 373-9887

Info-social (24/7) - 811